Va mon pinceau, butine
Le grain blanc de la toile.
Tes courbes sont coquines
Quand la couleur étales.

Va mon pinceau, raffine
Ce trait d’ocre brulée
Ombre la joue mutine
Que tu voudrais croquer

Va mon pinceau, allège
Le velours bleu cobalt
Et teinte de doux greiges
Cette ébauche de Malte.

Va mon peinceau, cristalle
L’écume pailletée
Sur la plage d’opale
Où la mer vient échouer

Va mon pinceau. .....hé, où vas tu?

 Viviane Lamarlère
Parfois, il est comme animé d'une vie qui m'échappe.
La vie intime du pinceau